Menu

Un Zesste de folie

Juste un petit mot pour vous rassurer :
La boutique est en maintenance donc l’adresse habituelle ne fonctionne pas pour le moment.

Un Zesste de folie c’est refait une beauté, je vous laisse découvrir la nouvelle version du site avec des petites nouveautés comme des ristournes sur certaines créations …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Marché aux puces

Dimanche dernier, nous avons enfin réussi à sortir de la couette pour aller faire un tour au marché aux puces nîmoises. Les rares dernières fois où nous avions trouvé le courage de nous réveiller, la malchance nous poursuivait et le marché était régulièrement annulé. Cette fois, ni panne d’oreiller ou de voiture, ni annulation n’ont eu raison de nous !

Je n’ai pas résisté à l’appel de ce vieux jouet à roulettes qui, en plus, fait coin coin quand on tire sur la cordelette. J’hésite encore entre le troquer ou le garder en imaginant utopiquement qu’un jour ma petite fille (oui parce que ce sera forcément une fille, il le faut) jouera avec. La bélonéphobie complique vraiment tout.
Comme d’habitude, Ginette et Candy se sont incrustées sur les photos et Elvis, le lapin qui se prend pour un cascadeur, les a même imitées !

Résultat des courses : cinq petites figurines rigolotes, trois kilomètres parcourus, une vieux réveil, trente-six « non pas ça » de C., six vieux cadres à repeindre, un tire-canard, cinquante « oh c’est trop chou », vingt-sept frissons dûs au vent, un porte-bijoux en métal, un cadre photo avec un cheval de carrousel …

Sinon, rien à voir, nous comptons partir une petite semaine (début février) visiter les Pays-Bas. Connaissez-vous des endroits à me conseiller ?

Et encore du coq à l’âne : j’ai découvert plein de chouettes blogs/sites donc pour ne pas avoir une liste de cinq mètres de longs là à droite, je créerai bientôt une page spéciale réunissant tous mes chouchous. N’hésitez pas à me faire découvrir votre univers aussi !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Souvenirs

Vers cinq/six ans j’aimais déjà dessiner, colorier, inventer. J’avais une grosse trousse barbie© remplie à craquer de crayons de couleurs. Au fils des années, son poids s’est alourdi. Ma manie de garder les reliques m’a conduite à l’avoir encore dans mes tiroirs de jeune femme. Mieux : toujours gonflée de ses antiques occupants multicolores.
Ils sont abîmés, cassés, mordus voire fendus mais je les aime.

Ce ne sont pas d’ordinaires crayons de coloriages. Ils ont tous une histoire à la senteur des bonbons krema et des chewing-gum à la fraise.
Le bleu aux allures de sculpture c’est Schnoudeul qui l’a mâchouillé pendant sa pause de graffiti ravageurs sur le livre de Monsieur Farceur : « regarde, j’écris comme un docteur ! » . Le rouge, qui n’a pas vu un taille crayon depuis une décennie au moins, s’est vu usé sa mine sur un champignon. Je me souviens que le bleu clair, surnommé rikiki, était mon préféré pour teindre le ciel ; et c’est toujours le cas. Le blanc, l’intrus, l’unique, était souvent introuvable et inutile.

J’en ai racheté depuis mon enfance. Des tout beaux, tout neufs. Des crayons de grandes qu’il ne faudra pas tailler des deux côtés ou mordre pour avoir ce petit goût de bois dans la bouche. Mais je dois vous faire une confidence : je préfère toujours les plus vieux lorsque je suis face à une page blanche …

A 10ans, je me suis inscrite à des extras à l’école. Des cours de peinture. Moi qui ne faisais aucune activité extra-scolaire et qui haïssais le sport au plus haut point, j’étais comblée. Je me souviens que la maîtresse qui nous donnait ces leçons n’avait pas voulu céder à mes parents une de mes peintures représentant un port. Il était présenté à une expo’ de fin d’année sous le préau après plusieurs mois de travail. J’étais hyper fière. Mais, malgré les supplications de ma mère, l’instit’ n’a pas fléchie. Elle ne s’est même pas laissée corrompre lorsque la Reine Mère lui proposa de l’acheter. « Ça prendra peut-être de la valeur, il reste ici madame » qu’elle avait dit. J’ai essayé de le refaire. J’ai détesté ça.
Je lui en veux toujours.

Un peu plus tard, je me souviens avoir peint un gigantesque Dumbo&Thimotée sur le mur du garage de la maison de mon enfance pendant les vacances scolaires. Le garage était le passage obligatoire pour entrer dans la maison. Les visiteurs ne pouvaient pas passer à côté. Ma fierté était encore au rendez-vous. Quelques années après, une de mes grandes soeurs a acheté la maison. Elle a absolument tout refait. C’était triste de savoir que les escaliers sur lesquels on grimpait les yeux fermés tant on le connaissait par coeur n’affichait plus sa vieille couleur brune. Trêve de nostalgie, c’est rigolo quand même que ma nièce ait continué mes dessins de gamine que j’avais gribouillés avant que le papier peint ne les cache.
Le garage a lui aussi était repeint, effaçant à jamais mon oeuvre de Disney.
Je lui en veux toujours.

Adolescente en mal de vivre, je m’étais attaqué au plafond de la mezzanine où je pionçais en y peignant/bombant une galaxie géante. Trois jours de travail plaisir. « Tu jures, maman, on déménagera jamais d’ici hein ? Promis ?! » Peine perdue. J’ai fini par emménager avec C. dans notre premier appart’ et mes parents sont partis à la campagne, abandonnant ma chère voie lactée que je pouvais regarder de longs moments avant de sombrer dans le sommeil.
Je leur en veux toujours.

Oui ! Je suis rancunière mais surtout, surtout, trop nostalgique …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Clichés de Noêl

Rendez-vous sur Hellocoton !

Biscuits & gâteaux colorés

Accroc au chocolat depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours préféré une boîte de pralines à une assiette de flageolet-saucisse. Malheureusement pour mes papilles (et heureusement pour ma balance), je déteste magner spatule et mixeur ; ou plutôt ce sont eux qui me maudissent ! Il m’est techniquement impossible de réussir des crêpes dans le sens stricte du terme (je fais plutôt des crêpes-omelettes-brouillées). Le gâteau au yaourt qu’on a tous appris à faire à la maternelle ? Je ne vous en parle même pas !

Il y a quelques jours … une révélation ! J’ai enfin testé la simplisme recette des petits sablés que même des enfants de cinq ans réalisent les doigts dans le nez yeux fermés et celle des moelleux au chocolat. Faut croire que mon fouet et mon four se sont donnés le mot : elle est mariée, maintenant elle DOIT pouvoir mitonner de bons biscuits pour son cher et tendre.

J’ai cherché longuement LA recette des petits sablés, celle avec le moins d’ingrédients possibles et un nombre d’étoiles très peu nombreuses au poste des difficultés mais surtout exempt de termes techniques du genre « faire une poche à douille » ou « monter les blancs en neige » qui vaut du chinois pour la néophyte que je suis.

J’ai été ravie de contempler ma pâte sans un seul grumeau qui me défiait en duel et épatée par mon four qui profitait, habituellement, d’un moment de répit visuel de ma part pour cramer son contenu …
Si toi aussi tu es une naze en pâtisserie mais que tu veux bluffer ton mari/papa/égo, voila les recettes, 100% fastoches, testées et approuvées par la nullité culinaire incarnée !

. 1 oeuf
. 125 gr. de sucre
. 125 gr. de beurre
. 200 gr. de farine

. 1 pincée de sel (je n’ai pas pu me résoudre psychologiquement à mettre du sel)
. arôme de fleur d’oranger

. 130 gr de chocolat fondu (à défaut, j’ai assassiné une père noêl en chocolat)
. 50 gr de beurre fondu (la margarine de cuisson ça marche aussi)
. 40 gr de farine
. 60gr de sucre
. 2oeufs
. 1 sachet de sucre vanillé

 

 

Pour les deux recettes, on pèse, on casse, on mélange, on en fout partout, on étale et on découpe les formes à l’emporte-pièces* ou on remplie ses moules légèrement huilés, on enfourne à 180° pendant moins d’un quart d’heure. Là, les cuisinières averties en profitent pour nettoyer leur bazar ou lire l’article sur un comparatif d’après-shampoings dans le dernier glamour. Les débutantes comme moi préféreront ne pas lâcher du regard leurs progénitures sucrées dans l’antre du grand méchant four en se répétant « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien … »
Treize minutes plus tard, mon taux d’adrénaline est retombé à la normale. Je peux commencer le glaçage parce que comme ça, ils sont vraiment pas beaux. Beaucoup de sucre glace, quelques gouttes d’eau. Vint le moment le plus corsé de la recette : l’application de la chose gluante sans dépasser. Pour finir on saupoudre de perles multicolores.

Et voilà, le tour est joué ! Ils ne sont pas parfaits mais ma fierté est quand même au rendez-vous ! Et puis c’est tellement jubilatoire de souffler à C. « c’est moi qui les ai faits ! »

Prochaine étape : un millefeuille !
Et tant que je suis dans le vif du sujet, je vous invite à découvrir ce site délicieux (qui ne me sert qu’à me rincer l’oeil hein) !

* Si on en a pas, on peut découper au couteau pointu en suivant le contour d’une tasse hein !

Ah et rien à voir (quoi que côté fierté, ça détrône mes petits gâteaux) : jetez un oeil ici!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Broc’

Ou Même dans une décharge je trouverai quelquechose à retaper,

Et voilà mon butin ramené après une matinée passée au marché aux puces de Lunel, une petite ville entre Nîmes et Montpellier, en compagnie de Schnoudeul, Ginette et la rigolote Tata Yvette, ma tata préférée depuis que je suis toute petite. C’est la goutte au nez et le porte-monnaie qui frétille que vous avons fouiné, repéré, emporté.

Comme toujours, en fidèle assistée de la vie, c’est à Schnoudeul ou ma tante que revenait l’honneur d’aborder, négocier et même payer vu que Schnoudeul a du tout m’avancer puisque, tête en l’air, je n’avais pas un cent sur moi ! Je n’aime pas parler aux gens que je ne connais pas. C’est comme ça. Mais je crois que ce jour-ci, c’était encore plus le cas : les seules fois où j’ai été contrainte de me frotter à un individu humain, ma petite soeur étant occupée à examiner des vinyles, a été … comment dire ? Calamiteux !

D’abord agressée par un bouseux qui m’avait demandé si Ginette était méchante qui, après ma négation, avait essayé de l’emmerder la caresser alors qu’elle faisait des genres de grognements réprobateurs, lance : « qu’est-ce qu’elle me dit celle-là ! Il est méchant son chien ! »
Il aurait été plus simple, je sais, de dire que Ginette mord mais ce n’est pas vrai et lorsque je dis ça pour être tranquille, on me prend pour une royale menteuse puisque Ginette n’a pas vraiment le profil du rottweiler musclé.
Vous aimeriez vous qu’une main inconnue vienne vous gratouiller le sommet du crâne ?

Ensuite ce fut un vendeur qui a passé ses nerfs sur moi, juste parce que j’ai eu le malheur de lui demander un prix et de ne pas acheter : « mais qu’est-ce que vous croyez ?! Vous n’allez jamais au magasin madame ?!  » Je ne lui ai rien répliqué et j’ai préféré voir le bon côté des choses : il ne m’a pas appelé mademoiselle ou pire jeune fille et ça c’est trop la classe !

Dernier exemple : dans la foule, un morveux de trois ans peut-être met un coup de pied* à ma Ginette adorée ! Ma bouche forme la phrase fatidique : « mais t’es méchant !** » Sa génitrice proteste : « il a voulu la caresser ! » Notre trio de choc se retourne alors d’un coup, d’un seul : « il lui a mis un coup de pied ! » puis nous continuons notre route sous les apostrophes de la maman surexcitée/vexée que nous ignorons. Parle à mon cul, ma tête est malade.

Moment de réconfort*** sur le stand d’un militaire qui ressemblait terriblement à Ray Stevenson et qui proposait toute la collection du parfait soldat. Je flashe littéralement sur ses grandes caisses en bois. Schnoudeul, toujours de corvée de pourparlers, demande s’il les vend. Évidemment, il les utilise pour ranger son matos. Il s’interroge sur l’utilisation que nous en ferions. Elle me lance un regard en biais et je chuchote : « pour la déco ». Voilà-t’y-pas qu’il amène une de ces boîtes et la vide.
– « Euh, c’est combien ? »
– « Je vous l’offre ! »
– « C’est vrai ?! »
– « Oui mais ne le dites à personne » qu’il nous lance tout sourire. Ce type est alors devenu mon meilleur ami de la journée.
Encore une victoire de Schnoudeul !
Je suis certaine que si c’est moi qui aurait demandé, il m’aurait fait d’éguerpir à coup de casque dans la tronche.

J’ai aussi trouvé une montre dont je rêvais depuis que je suis accro à Alice au pays des merveilles. C’est une reproduction qui fonctionne à pile, heureusement que je n’ai pas à la remonter tous les matins, j’oublierai trop facilement … Je l’ai monté en sautoir et ne le quitte plus au même titre que mon alliance. Sur le côté plat intérieur, je vais y coller une photo de mariage de mon C. et moi …

Je ne résiste pas non plus aux théières rigolotes et kitsch. Peut-être encore des séquelles du chapelier toqué et du lièvre de mars ?

Un autre butin en provenance direct de chez Emmaüs. Je vous montrerai ce que je vais faire des cadres sans verre et des anges dès que je prendrai des clichés de la chambre.

A moi de faire ma part du boulot maintenant : ponçage, peinture, vernissage, …

Et promis je ne laisserai pas s’écouler deux semaines avant d’écrire/montrer de nouvelles choses !

* Avis aux fans de Gigi : rassurez-vous elle n’a rien senti avec ses bourrelets protecteurs.
** C’est sorti tout seul, je n’ai même pas eu le temps de tourner ma langue !
*** Moment de réconfort par rapport à la caisse, pas au beau mec hein, comprenons-nous bien !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cher Papa Noël

Gamine je t’appelais du téléphone à cadran gris du garage sur un numéro surtaxé pour te demander de ma plus douce voix LA chocolaterie de barbie, aujourd’hui j’ose imaginer qu’un GPS a été installé dans ton traîneau et que, de ton ordi’ portable, tu jetteras un oeil sur ma cyber liste de cadeaux très très très convoitée!

Une robe Tsumori Chisato (ou les deux hein) que tu trouveras ici et ici dans laquelle je pourrais faire ma crâneuse :

 

 

 

 

Ces stickers plein de poésie que j’imagine déjà dans ma chambre et qui m’attendent .

 

 

 

 

 

 

Cette lampe champignon dont j’ai crucialement besoin dans mon salon et qui fait partie de mon TOP 3 des-trucs-que-

han-je-veux-trop !

 

 

 

 

 

Ce sublissime collier qui me fait baver depuis des lustres mais que mon porte-monnaie déteste …

 

 

 

 

 

 

Bien sur, j’ai condensé à regret ; sinon, j’aurais ajouté une horloge murale avec un coucou rigolo qui sort toutes les heures, un bébé en kit, une machine à coudre mieux que la mienne, du papier peint comme ça, une plaque de cuisson vitrocéramique parce que c’est facile à nettoyer, ce poster de M. Ryden, l’intégrale de Princesse Sarah, un bon d’achats chez H&M de quatre cents cinquante euros, un cochon nain, …

A moins que le reste de l’année tu te tapes un mi-temps au poste de génie de la lampe …

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un Zesste de folie – sélection chouchou

Quelques photos de mes dernières créations,


Sac « faon mignon »


Bagues « thé »


Sac « dîner en amoureux »

 


Sac « oh il pleut ! » de la collection « poupées-chérie ».

 

Je vous laisse découvrir la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Envies

Dans la série, je n’ai pas testé pour vous, mais vous pourrez tester pour moi !

Au hasard de mes promenades webiennes, je suis tombée sur une boutique comme je les aime.
Une petite sélection de ces trucs que ma maison accueillerait portes ouvertes :

1. Mushroom S/P Shaker, 2. Robot Sharpener, 3. Miso Pretty Lip Balm, 4. Miso Pretty Body Mist,5. Swallow Mirror Compact pour 44,75 $ le tout.

Récapitulons : j’aime j’adore et les prix sont vraiment doux ; le robot me fait grave de l’oeil et le miroir m’envoie des signaux du style « mais oui je te dirais toujours que tu es belle même si ton mascara a coulé après un fou rire ». Mais je résiste. C’est bien hein ?!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Appareils magiques

Niepce était un mec génial.

Malgré les apparences, je ne suis pas une fervente collectionneuse d’appareil photo ! En notre possession un peu par hasard, ils nous ont été gentiment donnés … D’ordinaire, rangés dans des boîtes, je leur ai fais voir de la lumière et de la couleur, juste le temps de quelques photos, de leurs faces cachées … pour une fois !

A l’adolescence, je prenais des clichés de mes copines avec mon appareil en forme de bouteille de perrier que j’ai fini par jeter. On s’amusait au jeu du grand qui tient le minipousse dans sa main (mais si ! vous savez ! une première personne en premier plan et une seconde dix mètres derrière). C’était le temps des développements éclairs où durant une heure, j’attendais impatiemment le résultat pour finalement m’émerveiller de nos exploits sur papiers glacés assise sur un banc au centre commercial. A croire que les photos bêtes m’ont toujours captivée … Alors, je continue …








J’ai envie de les détourner et de leur donner une seconde chance plus sympa qu’un emprisonnement dans une cellule en plastique.

Peut-être m’en servir comme support de lampe en formant un triangle avec trois d’entre eux. Ou bien en accrocher deux sur le fils câblé pincé de tas de clichés dans mon atelier, histoire qu’ils veillent sur les photos … Ou encore les fixer au mur dans un vieux cadre sculpté. Je trouverai certainement de meilleures idées en dénichant d’autres objets et en les associant pour n’en former plus qu’un seul …

Et vous, avez-vous des idées folles, incongrues, décalées ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
bon plan :
♡ ♡ Y passer des heures ♡ ♡ MaisonDeco_300x250
me contacter :
Catégories :
Papotage :
  • Adeline: Je viens de voir cette merveille. C’est décidé, je me lance !!! merci pour cette belle découverte !!!
  • séraphine: bonjour j’aime beaucoup ce site et j’aime particulièrement http://www.monsieur-canvas....
  • ouahbi alexandra: magnifique photo, tu as bien fait de la choisir, elle rend vraiment bien sur la toile. J’ai...
  • DORDAIN vanessa: Je suis fan sur facebook (vanessa.dordain.1) et je te laisse mon lien de partage:...
  • DORDAIN vanessa: Bonjour, Merciii pour ce concours, je participe avec plaisir :) J’aime beaucoup cet article...
shops :
Merci :
`
△ Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m'avertir si vous souhaitez en utiliser une. △


Nouvelles Promotions - 200x200

3 offres 250x250



http://www.habitat.fr