Dernières trouvailles – chapitre 1

Quelques photos de mes dernières chines : un vieux miroir baroque qui trouvera sa place dans notre chambre romantique, encore un tableau des Titis de Paris (je n’ai pas su résister à sa bouille), un autre avec des couleurs magnifiques représentant un clown musicien, deux petites poupées hybrides de la poupée de chiffon / celluloïd et un canard de fête foraine, un vrai !

Chapitre 1 puisque mon ordi’ pourri chéri fait apparemment la gueule à photoshop et refuse de le laisser travail. Mémoire saturée qu’il me dit. Et, au bout de ces quelques photos recadrées, j’ai vite renoncé à squatter le PC de mon cher et tendre où je n’ai pas plus de repères qu’une mémé en boîte de nuit (ou que moi en boîte de nuit, ça marche aussi). Mon mari va faire son boulot d’homme, formater et tout le toutim, et ma part du boulot consiste à sauvegarder tous les trucs que « attends si je les ai p’us, je m’ouvre les veines ! ». Bref, le problème existentiel de la semaine qui prend la vedette au surpoids de Ginette et à mes plats ratés.

Et puis, voilà un indice du tutorial très poétique qui sera bientôt publié* … Alors, une idée ?!

* Le suspens est insoutenable, n’est-ce pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment retaper une vieille table basse

Après le tutorial de la poupée-de-chevet, en voila un second encore plus simple pour retaper une table de salon en un modèle unique et personnalisée !

Pour quelques euros, en alliant décopatch et peinture, j’ai redonné vie à un petit meuble abandonné dans un dépôt-vente … Voilà, la recette !

Pour la première partie (décopatch) :
. une table basse dénichée dans un troc (22euros)
. Des feuilles décopatch, choisis dans une boutique de loisirs (cultura, loisirs & créations, etc) parmi un large choix (non je ne suis pas restée trois plombes plantée devant le présentoir, je voulais des pois !) (0,90cents l’unité)
. Une paire de ciseaux, cachée dans un tiroir
. Des mains ‘avec des ongles vernis c’est plus jolis) fournis dans le kit de naissance chez à peu près tout le monde
. Du vernis colle, acheté aussi dans un magasin de loisirs (2euros)

Pour la seconde partie (peinture) :
. Un pot de peinture acrylique (plus fastoche à nettoyer que la glycéro) coordonnée aux feuilles, négocié au marché aux puces, dans des halles de destockage, piqué dans le garage des parents ou plus simplement payé à la caissière d’un carrefour, leroy merlin, castorama, etc (5euros)
ou une bombe pour quatre pieds, ça fera l’affaire (1euro au marché aux puces, 5euros dans les grandes enseignes)
. Des pinceaux, dans la boite de la parfaite bricoleuse
. Un tournevis piqué à C. pour ouvrir le pot de peinture
. Du papier journal offert par Mr-publicité-qui-bourre-ta-boîte-a-lettres-deux-fois-par-semaine (pour protéger le sol)
. Et pour celles qui s’en foutent partout comme moi, une combinaison de spationaute

On commence par bien nettoyer la table. J’ai sondé la surface avec ma vision anti-poils. On s’embête pas à poncer ; au contraire, plus c’est lisse, mieux c’est. On enduit la surface d’une feuille sur la table, on pose délicatement celle-ci par dessus. Et c’est là que ça se complique si on ne veut pas d’un aspect peau-de-mémé-fripée ! En théorie, il suffit de poser la feuille et de recouvrir de vernis colle en partant de l’intérieur vers l’extérieur. J’ai testé deux méthodes : la première en posant la feuille comme le papier peint c’est-à-dire en collant bien une extrémité et en l’aplatissant doucement vers l’autre bout. Mais, je préfère la seconde stratégie : je pose doucement cette-saleté-de-feuille-trop-fine sans appuyer, puis je badigeonne avec mon pinceau du milieu vers les côtés en tenant le bout de la feuille non-collée*. Ça évite assez bien les bulles.
Puisque j’ai choisi un motif à pois, il fallait faire gaffe au raccord et rester calme. J’ai triché en ajoutant des petits bouts là où je m’étais plantée, histoire de combler les micro-trous.
Je passerai une seconde couche de vernis (n’importe lequel à base d’eau) pour protéger le dessus de la table et pouvoir nettoyer quand je renverse malencontreusement un bol …

Après l’effort psychologique que je venais d’accomplir en restant zen face ces trucs-qui-font-tout-pour-m’énerver, vient le réconfort avec la peinture ! Pour une raison que j’ignore, peindre m’a toujours fait décompresser …
Bon, normalement, si on suit le guide du parfait bricoleur, on devrait poncer avant de passer la première couche. Je suis passée outre car la couleur de base est claire**.
J’ai appliqué deux couches d’orange clair (safran que ça s’appelle) sur les côtés et les pattes de la bête et voila !

. Utiliser un pinceau à poils récalcitrants
. Commencer le retapage alors qu’on doit finir des poivrons farcis
. Se planter le tournevis dans la main en tentant d’ouvrir le pot de peinture
. Laisser Ginette m’aider avec sa queue en tire-bouchon en guise de pinceau

Avant :

Après son relooking:

Et maintenant, il faut vraiment que je m’occupe des deux fauteuils …

* J’aurais du faire une photo !
** Et pas parce que je suis une rebelle-de-la-laïfe.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Marché aux puces

Dimanche dernier, nous avons enfin réussi à sortir de la couette pour aller faire un tour au marché aux puces nîmoises. Les rares dernières fois où nous avions trouvé le courage de nous réveiller, la malchance nous poursuivait et le marché était régulièrement annulé. Cette fois, ni panne d’oreiller ou de voiture, ni annulation n’ont eu raison de nous !

Je n’ai pas résisté à l’appel de ce vieux jouet à roulettes qui, en plus, fait coin coin quand on tire sur la cordelette. J’hésite encore entre le troquer ou le garder en imaginant utopiquement qu’un jour ma petite fille (oui parce que ce sera forcément une fille, il le faut) jouera avec. La bélonéphobie complique vraiment tout.
Comme d’habitude, Ginette et Candy se sont incrustées sur les photos et Elvis, le lapin qui se prend pour un cascadeur, les a même imitées !

Résultat des courses : cinq petites figurines rigolotes, trois kilomètres parcourus, une vieux réveil, trente-six « non pas ça » de C., six vieux cadres à repeindre, un tire-canard, cinquante « oh c’est trop chou », vingt-sept frissons dûs au vent, un porte-bijoux en métal, un cadre photo avec un cheval de carrousel …

Sinon, rien à voir, nous comptons partir une petite semaine (début février) visiter les Pays-Bas. Connaissez-vous des endroits à me conseiller ?

Et encore du coq à l’âne : j’ai découvert plein de chouettes blogs/sites donc pour ne pas avoir une liste de cinq mètres de longs là à droite, je créerai bientôt une page spéciale réunissant tous mes chouchous. N’hésitez pas à me faire découvrir votre univers aussi !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 1 sur 11
bon plan :
coups de coeur :
love :
Papotage :
  • Anne: Une vraie réussite ce doudou, j’aurai aimé savoir faire ça pour mes loustics! et ta maison une tuerie :...
  • Jess: elle est trop chou ta framboise :)
  • woodybeauty: Coucou, merci pour ce chouette concours!! Je like les 2 pages Fb (pseudo: Woodybeauty) et j’ai...
  • arsenal1981: voici donc mon partage ;) https://www.facebook.com/arsen al.kaminski/posts/676337025...
  • arsenal1981: Bonsoir ;-) trop chou ces valisettes, on en a quelques unes à la maison (avec un autre motif floral très...
Newsletter:

coups de coeur :
shops :
Merci :
`
△ Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m'avertir si vous souhaitez en utiliser une. △