La décoration du salon


Chose promis, chose due : voila enfin quelques clichés d’un bout du salon tout beau, tout neuf. Ça change hein ? Avec C. qui a mis son grain de sel, bye bye les coussins en moumoute rose et les bibelots gnangnans. J’ai bataillé pour garder le socotel orange et la lampe seventies. Quant aux cadres avec la poupée (j’en ai un deuxième à accrocher, une petite boxeuse tatouée), l’artiste est Pinkytoast sur Etsy (elle fait plein de dessins magnifiques, j’ai eu du mal à choisir). Là, encore grosse négociation avec l’Homme mais pas le choix, j’avais commandé derrière son dos* ! En cachette, j’ai cousu deux petits coussins en skaï violine et finalement il est bien content de pouvoir y poser sa tête dessus quand on mate Desperate Housewives ! La pauvre peau de vache me rappelle les moments de mon enfance où on mangeait des knakis chauffées devant la cheminée en jouant aux billes avec ma frangine ; forcément il m’en fallait une maintenant que la nouvelle déco’ s’y prête. Elle vient de chez Ikea, y’en avait une énorme tas ; évidemment, j’ai voulu celle qui était tout au-dessous et faut pas croire mais ça pèse ces choses-là empilées ! J’vous raconte pas comment j’ai embêté C. et les détails de notre bagarre avec cinquante vaches dépecées (« Tiiire ! Nooon, soulève ! Attends, fais voir celle-là !.. »)
Reste à voir si je réussirais à caser mes Titis de Paris … Faut aussi que je fasse imprimer trois photos pour remplacer les images carrées du cadre au dessus du canapé. Et, tout plein d’autres détails dont je causerai plus tard**
Les photos ne sont pas top, le ciel est gris … Mais je me suis rattrapée en faisant un joli titre quand même !

Sinon, j’ai enfin été faire ma prise de sang. Tiens, la preuve, une vrai blessure de guerre de laboratoire :

* Bouh, je suis machiavélique !
**Parce que là, j’ai rancard sur un jeu où je dois tuer des zombies et péter des trucs et des machins.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nouveau salon et rendez-vous galants

Ça faisait plusieurs mois que je bassinais C. avec mon envie de changer la déco du salon. Mais juste des petites choses : le sol, la table basse. J’adore toutes les pièces de la maison sauf celle-ci, qui au final est un mélange de bric-à-brac de meubles et objets chinés que C. n’aime pas forcément. Finalement, on change tout ! Donc, on a commencé par virer le linoléum à carreaux qui nous sortait par les yeux, virer les deux fauteuils (qui ont fait des heureux et ont été directement embarqués devant la porte), le meuble télé file chez ma frangine et le canapé chez la Reine Mère.

C’est bien la première fois que C. s’investit dans la déco de la maison, propose des idées … Donc pas de meubles blancs cérusés et de murs roses hein. On a opté pour un style toujours vintage évidemment, avec un côté industriel, un peu loft new-yorkais. A force d’entasser mes trouvailles rétro, j’avais l’impression de ne plus les voir et de ne pas les mettre en valeur, donc j’ai décidé de trier et de garder seulement certains objets pour une déco plus dépouillée. J’ai encore un peu  de mal à lui faire accepter le faux mur de briques derrière le canapé (qui lui préfère peindre ce fameux mur en bordeaux soutenu) mais je n’en démordrai pas ! Sinon, pour le reste des murs, on hésite entre plein de couleurs assez claires …

Si vous avez des idées, je suis preneuse !

Bon, rien à voir mais faut que je le dise : samedi, j’ai rendez-vous chez le dentiste, enfin la. La dentiste. Ouah rien que de l’écrire, j’ai l’impression d’être possédée ! Faut dire que j’en ai une trouille bleue, que j’ai jamais eu de piqure (dites-moi que ça fait pas mal hein !), que j’ai toujours soit décommandé, soit fait demi-tour sur la route, … Pis tant qu’à faire, j’ai aussi rendez-vous chez la gynéco, grande première lundi prochain ! C’est fou ce que je vais m’amuser avec toutes ces intrusions corporelles mais, bizarrement, je stresse pas. Pour le moment.

- « Qu’est-ce que tu fais avec un cure-dent ? »
- « Je teste ! »
- « Tu testes … quoi ? »
- « Ben genre c’est la piqure, je me prépare quoi … »
- « Mais bordel Jess arrête avec ça ! »

Mais sinon C. me soutient bien hein.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un bout du salon

Quelques clichés d’un coin (littéralement parlant) du salon où le radiateur inutilisé a été subtilement transformé en étagère recouvert d’un tissu.

Demain, s’il pleut des grenouilles sur la France, c’est normal car C. m’a gentiment proposé une journée shopping demain. Il doit me cacher quelque chose de tordu car : 1) première fois de ma vie, qu’IL suggère ; 2) pas n’importe quoi mais du SHOPPING, pas des courses alimentaires chiantes ; 3) un samedi où forcément les magasins seront bondés. Alors, bon, j’ai pas cherché midi à quatorze heures, j’ai sauté sur l’occasion et hoché la tête de façon frénétique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment retaper une vieille table basse

Après le tutorial de la poupée-de-chevet, en voila un second encore plus simple pour retaper une table de salon en un modèle unique et personnalisée !

Pour quelques euros, en alliant décopatch et peinture, j’ai redonné vie à un petit meuble abandonné dans un dépôt-vente … Voilà, la recette !

Pour la première partie (décopatch) :
. une table basse dénichée dans un troc (22euros)
. Des feuilles décopatch, choisis dans une boutique de loisirs (cultura, loisirs & créations, etc) parmi un large choix (non je ne suis pas restée trois plombes plantée devant le présentoir, je voulais des pois !) (0,90cents l’unité)
. Une paire de ciseaux, cachée dans un tiroir
. Des mains ‘avec des ongles vernis c’est plus jolis) fournis dans le kit de naissance chez à peu près tout le monde
. Du vernis colle, acheté aussi dans un magasin de loisirs (2euros)

Pour la seconde partie (peinture) :
. Un pot de peinture acrylique (plus fastoche à nettoyer que la glycéro) coordonnée aux feuilles, négocié au marché aux puces, dans des halles de destockage, piqué dans le garage des parents ou plus simplement payé à la caissière d’un carrefour, leroy merlin, castorama, etc (5euros)
ou une bombe pour quatre pieds, ça fera l’affaire (1euro au marché aux puces, 5euros dans les grandes enseignes)
. Des pinceaux, dans la boite de la parfaite bricoleuse
. Un tournevis piqué à C. pour ouvrir le pot de peinture
. Du papier journal offert par Mr-publicité-qui-bourre-ta-boîte-a-lettres-deux-fois-par-semaine (pour protéger le sol)
. Et pour celles qui s’en foutent partout comme moi, une combinaison de spationaute

On commence par bien nettoyer la table. J’ai sondé la surface avec ma vision anti-poils. On s’embête pas à poncer ; au contraire, plus c’est lisse, mieux c’est. On enduit la surface d’une feuille sur la table, on pose délicatement celle-ci par dessus. Et c’est là que ça se complique si on ne veut pas d’un aspect peau-de-mémé-fripée ! En théorie, il suffit de poser la feuille et de recouvrir de vernis colle en partant de l’intérieur vers l’extérieur. J’ai testé deux méthodes : la première en posant la feuille comme le papier peint c’est-à-dire en collant bien une extrémité et en l’aplatissant doucement vers l’autre bout. Mais, je préfère la seconde stratégie : je pose doucement cette-saleté-de-feuille-trop-fine sans appuyer, puis je badigeonne avec mon pinceau du milieu vers les côtés en tenant le bout de la feuille non-collée*. Ça évite assez bien les bulles.
Puisque j’ai choisi un motif à pois, il fallait faire gaffe au raccord et rester calme. J’ai triché en ajoutant des petits bouts là où je m’étais plantée, histoire de combler les micro-trous.
Je passerai une seconde couche de vernis (n’importe lequel à base d’eau) pour protéger le dessus de la table et pouvoir nettoyer quand je renverse malencontreusement un bol …

Après l’effort psychologique que je venais d’accomplir en restant zen face ces trucs-qui-font-tout-pour-m’énerver, vient le réconfort avec la peinture ! Pour une raison que j’ignore, peindre m’a toujours fait décompresser …
Bon, normalement, si on suit le guide du parfait bricoleur, on devrait poncer avant de passer la première couche. Je suis passée outre car la couleur de base est claire**.
J’ai appliqué deux couches d’orange clair (safran que ça s’appelle) sur les côtés et les pattes de la bête et voila !

. Utiliser un pinceau à poils récalcitrants
. Commencer le retapage alors qu’on doit finir des poivrons farcis
. Se planter le tournevis dans la main en tentant d’ouvrir le pot de peinture
. Laisser Ginette m’aider avec sa queue en tire-bouchon en guise de pinceau

Avant :

Après son relooking:

Et maintenant, il faut vraiment que je m’occupe des deux fauteuils …

* J’aurais du faire une photo !
** Et pas parce que je suis une rebelle-de-la-laïfe.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 1 sur 11
bon plan :
coups de coeur :
love :
↓↓ -20% sur TOUT avec le code YEAH20 ↓↓ Nouvelles Promotions - 175x175
Papotage :
  • Barbara: Je craque pour la robe bleue en numéro 5. Elle a une coupe superbe!
  • vanessa: coucou elle est top cette séléction mais je ne trouve pas le top romantique :-( ton lien ne fonctionne pas
  • L Usine A Bulle: A voté ! J’espère que tu vas gagner, ce site est terrible ! Très jolie déco au passage.
  • panaka62: j’adore la robe bleu :)
  • catherine: bonjour comment peut on se procurer le magnifique petiti lit a barreau beige? il est vraiment tres beau...
Newsletter:

coups de coeur :
shops :
Merci :
`
△ Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m'avertir si vous souhaitez en utiliser une. △