A l’eau !

3 juillet 2004

Ou Je n’ai pas oublié d’ingurgiter mes pillules du bonheur après mon yaourt au chocolat de ce midi,

Les démarcheurs téléphoniques des sociétés désireux de se faire du fric tout en s’infiltrant chez soi en utilisant un procédé révolutionnaire soit les lignes de France Télécom via mon socotel orange qui, dans son passé lointain, n’a jamais enduré ce genre d’actions commerciales, je disais donc ces emmerdeurs de première sont de très bons moyens d’évacuation nerveuse mais aussi et malheureusement d’aggravation d’états psychotiques révélant ainsi le névropathe qui roupillait au fond des trippes, juste derrière l’intestin grèle
Cette névrotique qui jouirait de ligoter fermement la connasse qu’elle a eu récemment au bout du fils et d’attendre que ladite chieuse crame au vingt-sixième degrès sur la plage, tous les jours entre midi et seize heures. Elle se badigeonnerait longuement et généreusement le corps dans son petit bikini à carreaux multicolores de crème solaire solar expertise L’Oréal (parce-qu’elle le vaut bien) indice 60 à l’activa-cell et aux trucs de soin contre les méchants UVA et UVB.
Elle lui ferait la conversation avec un sourire et une cuillière de glace citron vert aux lèvres : « désolée pour les marques du soleil au niveau des cordes … Enfin bon, ça t’iras très bien j’suis sure. Ouah … Mais t’as déjà bien pris dis donc ! Comment ? Ah ! T’as la peau blanche c’est pour ça ?! C’est marrant comme le bronzage sur les peaux claires peut ressembler à celui des carottes ! Hihihi ! Nooon … Vraiment, j’te rassure : ça ira très bien avec ta mini jupe rose que je te rendrai dès que tu bruniras au lieu de rougir. Je piges pas c’que t’essaies de me dire ..? Quoi ? T’enlever la boule de journal coinçée au fond de ta gorge ? J’peux pas, j’oserai pas aller si loin dans ton intimité ; pis, t’avais qu’à pas l’avaler aussi. En même temps, j’ai découvert ta culotte de grand-mère 100% coton … Mais bon. J’en parlerai à personne. Tu peux compter sur moi. Allez … Restes un peu tranquille et profites de ce beau temps. D’ici une demie-heure, je te retourne. Et j’te préviens à l’avance : pas de caca nerveux pasque t’auras la gueule dans le sable. Ca va un moment tes caprices de starlette hein ! C’est pas pasque t’as été promue ’emmerdeuse de l’année’ que … Mouhahaha ! Ben t’es vraiment pas chanceuse toi ! Et, une grosse merde de mouette sur le bide en prime !… « 
Elle enfilerait ses lunettes noires sur son nez et aspirerait, à la paille, une petite gorgée du cocktaïl posé sous le parasol.
Et, elle continuerait de jacter avec sa téléopératrice préférée : « T’en a pas marre de râler tout le temps ? Ca fait à peine cinq jours qu’on est là, en vacances, au soleil, à profiter et tout et toi, ça fait cinq jours que tu pleurniches et que tu rumines à ton cancer de la peau ! T’avais l’habitude de partir en pèlerinage chez les esquimaux ou quoi ? Ah ma chère Gertrude, j’crois qu’on est faite pour s’entendre, tu crois pas ?..C’est vrai que t’es un peu nerveuse en ce moment. Mais ça devrait s’estomper. C’est tout le stresse du boulot que tu ressens encore. Un job où la vocation est de faire chier son monde, ah non, pas son monde mais le monde. Ca doit être épuisant. J’espère que tu ne comptais pas faire carrière ! Bref, tu veux que je te lance un seau de graisse à traire au monoï ? Exclusivement pour les vaches à traire. Nan ? Bah si ! Hihihi »
SPLATCH !

Flashback :

Le téléphone sonne. Je soupire. J’arrosais mes marguerittes et mes tomates ; vu la sonnerie stridente, pas moyen de faire comme si j’avais oublié de foutre un sonotone.
– « Ouais ?! » décrochais-je, légèrement à cran.
– « Bonjour, est-ce que je pourrais parler à Mademoiselle Zess ? » me répondait une voix des plus joviales.
– « C’est moi. »
– « … et vous habitez bien 6 rue de la Courgette Farcie à Nîmes ? »
– « Ouiii. »
– « Alors bonjour Mademoiselle Zess ! Je me présente Gertrude De La-tronche-en-biais, agent chez Gaz de France … »
– « Hum … » grognais-je en me retenant d’un habituel « si c’est pour d’la pub, j’suis pas interessée ».
– « D’abord pouvez-vous me dire si vous êtes locataire ou pro… »
– « Locataire. »
– « D’accord. Et vous êtes aidée par un office d’HLM ou autres …? »
– « Nan, pas du tout. »
– « Très bien. Si je me permets de vous contacter aujourd’hui Mademoiselle Zess, c’est pour vous proposer nos services … »
Et bla et bla et bla … La dadame à la voix crispante me fait un baratin de dix minutes débordant d’enthousiasme et pourri d’arguments bidons qu’elle parcoure infailliblement sur son bureau en se limant un ongle de travers au moyen de son kit « french manucure » caché dans son tiroir.
J’écoute à moitié, pour ne pas dire au un tiers, mais percute sur la finalité de son speech.
– « Gaz de France prend en charge 60% de cette révision complète de plus de cinquante points sur votre installation, il ne vous reste donc à votre charge que 30 €uros soit 196 francs et … »
– « M’intéresse pas. »
– « Pourquoi Mademoiselle Zess ? »
– « Parce que ! »
– « Pourquoi n’êtes-vous pas interessée ? »
– « Il faut que je fasse réviser la chaudière là donc c’est bon. »
– « Je ne vous parle pas de la révision standart mais d’un bilan complet de votre installation. »
– « Déjà c’est pas mon installation, j’suis locataire j’vous ai dis. »
– « Oui mais si un accident se produit, c’est à votre charge. »
– « Ben nan, je la loue, j’ai pas à entrenir ça. »
– « Si si, c’est au locataire ! »
– « Bien sur et j’vais devoir faire réviser la tuyauterie et l’installation électrique aussi bientôt ? »
– « … »
– « … »
– « Je vous demande simplement quel est votre motif de refus » s’acharnait-elle.
– « Plus clairement, je dirais qu’avec 30 €uros j’peux m’acheter une jupe et un collier … » ripostais-je avec une envie croissante de lui balancer mon combinet dans la tronche.
– « Mademoiselle Zess, je voudrais savoir ce qui vous empêche d’accepter cette offre ?.. »
– « Ben y’a aussi mes pâtes qui vont ressembler à de la purée si je reste une minute de plus pendue au téléphone avec vous ! »
– « Bon … C’est important, je vous laisse un numéro de téléphone … » couronnait-elle enfin.
– « Ouais … »
Je note au cas où cet entretien soit vraiment obligatoire.

No Comments

Leave a Reply

mon dernier livre

crochet calin de zess

Newsletter

shops :

pub


pub

Merci :

Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m’avertir si vous souhaitez en utiliser une.

×