C. comme Cupidon

22 juillet 2004

Il sort les poubelles les mardis et les vendredis, fait office de garde du corps et me conduit où je veux sur simple demande orale. Il déconne avec la reine mère derrière mon dos et me fait des massages divins.
Il ramasse à la pelle les crottes de Candy après trois mois de persécution. Il installe, de son gré, des logiciels sur l’ordinateur essentiels à ma survie et me grave des CDs.
Il fait les frites, prépare des bains moussants et m’apporte, tous les soirs, un verre de liquide gazeux pour que j’ingurgite ma pillule.
Grâce à lui, je mange du gouda. Il change les ampoules. Il pète les lattes du lit d’ami chez la reine mère et compagnie. Il casse, insciemment, mes vieux bibelots inutiles qu’il trouve moches.
Il salit régulièrement l’évier de la cuisine que je m’évertue à récurer convenablement. Il met de la mayonnaise sur le jambon dans un casse-croute préalablement beurré.
Il est réticent aux baisers enflammés lorsque je viens de siffler un bol de thé, quel que soit le parfum.
Il n’aime pas la couleur verte pour une raison qui lui échappe et déteste l’odeur de la saucisse fumée. Il met trois plombes pour couler un bronze, spécifiquement le matin.
En rentrant du boulot, il se rue vers le frigo pour becqueter du sauciflard et je lui dis toujours : « si tu bouffes avant, ça sert à rien que je m’emmerde à cuisiner ».

Il feinte d’aimer mes platées alors qu’un somalien n’en voudrait pas. Il est radin mais il me prête sa carte de crédit quand je fais les soldes. Il laisse traîner ses caleçons au beau milieu du salon.
Il dit qu’il m’aime.

C. comme concubinage.

No Comments

Leave a Reply

mes livres de crochet

crochet calin de zess
mini dressing au crochet zess
zess

Bon plan :

Newsletter

shops :

pub


pub

Merci :

Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m’avertir si vous souhaitez en utiliser une.

×