Un buldozer avec des mains de camionneuse

18 avril 2003

Ma mère a fait venir une coiffeuse à domicile. Faut dire que c’est plus pratique voire moins cher et qu’on est pas obligé de subir le traditionnel séchage et coiffage de cheveux.
Cochonnou et Choupinette ont aboyé comme des bergers allemands. La coiffeuse nous est apparut dans toute son immensité. 80% de matières grasse pour 20% de neurones d’enfant, voilà la miss maquillée, serrée dans un tailleur gris. Elle a des mammelles emballées dans des parachutes et on ne voit que ses obus remplis de graisse dans son décolleté plongeant. Berk. Elle rigole, elle rigole, elle rigole comme une femme qui pleure et qu’on chatouille au panards.
Je ne vais jamais chez le coiffeur. Mes cheveux ont bien poussé depuis trois ans. Faudrait couper les pointes et faire un dégradé dans la touffe. Elle est là envoyé par le ciel ! Tant qu’à faire, elle va me tailler le buisson aussi.
A plusieurs reprises elle oublie que ma tête n’est pas une table quant elle raconte son histoire tellement marrante que j’en avais des turbulences neurologiques. Comme une crécelle à l’accent du midi mélangé au langage de la poufiasse, elle nous pète les oreilles :  » On était dans la forèèèt avec mes parents e(gn)t on ennntennndait des bruits de chasseurs e(gn)t j’ai dis à ma mèreuh que dan(g)s les bois les sons étaient différen(g)ts. E(gn)t, d’un coup ! Comme ça ! Un(g) sanglier qui arrive à toute vitesse ! Alors hè j’ai grimpé dans un(g) arbre, je sais pas commen(g)t j’ai fais ; et après j’arrivais plus redescendreuh ! … »
Et à chaque fois qu’elle exprimait son enthousiasme par de grands gestes, je priais pour qu’elle ne me crève pas un oeil avec son ciseau.
Ma mère me laisse seule avec ce tonneau sur pattes costumé pour se laver les tiffs et là je me dis que je vais pas faire ma mal polie et abandonner la coiffeuse comme une conne, alors je reste et c’est là que logiquement elle pose la question que tout le monde pose et dont tout le monde se fout de la réponse :  » ça t’as pas fait mal ton … » et elle me montre mon piercing au labret. S’enssuit les phrases habituelles de faux interessement :  » et t’as fais ça avec quoi ? Et t’as fais comment ? Et tes parents z’ont rien dis ?  »
« Ah bah nan oui si nan mes vieux sont cools … « 

La reine mère va se voir dans la salle de bain. C. et moi :  » alors ? « 
–  » j’aime pas la coiffure, j’vais tout enlever après  » répond t-elle en se regardant dans le miroir puis elle retourne auprès de la coiffeuse qui s’empresse de demander :  » vous avez vu, ça vous plait ? « 
–  » Oh oui c’est parfait !  »
J’adore ça. Etre faux cul avec des inconnus et ne pas pouvoir être cash puisque d’abord ça sert à rien et qu’ensuite on fait pas ça avec les gens qui ont la même étiquette que le boucher, le dentiste, la coiffeuse, …
Elle part contente de s’être trouvée une nouvelle cliente mais reviendra t-elle ?

No Comments

Leave a Reply

mes livres de crochet

crochet calin de zess
mini dressing au crochet zess
zess

Bon plan :

Newsletter

shops :

pub


pub

Merci :

Mes photos ne sont pas libres de droit. Merci de m’avertir si vous souhaitez en utiliser une.

×